14.08
16:22

Des Libanais retrouvent leurs animaux disparus après la catastrophe

Une jeune Libanaise, en larmes, serre son chat dans ses bras et le caresse longuement. Comme elle, de nombreux Beyrouthins retrouvent avec soulagement et réconfort leurs animaux disparus, qui les aident à affronter leur traumatisme après l'explosion ayant dévasté la capitale.

La déflagration le 4 août au port de Beyrouth a fait au moins 171 morts et 6.500 blessées et a soufflé les vitres et détruit de nombreux bâtiments à des kilomètres à la ronde. Dans le chaos qui s'en est suivi, de nombreux animaux ont disparu, ont été blessés par des éclats de verre, ou sont restés bloqués sous des gravats.

Yandi Sfeir, une avocate de 38 ans, qui a "encore l'impression de ressentir les vibrations" précédant l'explosion et n'arrive plus à dormir seule depuis, avait perdu son chat Lucky. 

Le félin a disparu lorsqu'elle était à l'hôpital, après avoir été blessée au bras durant l'explosion. 

Elle l'a retrouvé "coincé à trois mètres sous terre", où il a survécu sans nourriture ni eau durant une semaine, grâce à l'aide de l'ONG de défense des animaux Animal Lebanons. 

"J'espérais que quelqu'un l'ait trouvé et prenait soin de lui. Mais la joie que j'ai ressentie en le voyant",

raconte-t-elle en embrassant son chat.

Lucky "m'aidera à me sentir à nouveau en sécurité la nuit et à dormir à nouveau chez moi", espère-t-elle, soulignant que le petit félin sursaute désormais au moindre bruit.

Depuis le drame, ONG et bénévoles se mobilisent pour sauver des animaux, comme l'association Animals Lebanon qui a déjà réuni 80 propriétaires avec leurs chiens et chats. 

"Les animaux ont ce bel effet sur les gens, un effet thérapeutique, et ces personnes sont si heureuses quand elles voient que leur animal est toujours en vie, c'est comme si elles oubliaient qu'elles ont tout perdu",

affirme à l'AFP Maggie Shaarawi, vice-présidente de l'association Animals Lebanon.

Tout comme leurs propriétaires, beaucoup des animaux retrouvés sont traumatisés. 

Le chat Dodo, couché dans l'une des cages de l'association, "était tellement traumatisé qu'après que nous l'ayons trouvé la première fois, il a sauté à nouveau du balcon",  explique Mme Shaarawi. Blessé à la lèvre, le félin au pelage blanc et roux "ne mange toujours pas, il est très affecté".

Cette tragédie "a fait ressortir la compassion de chacun pour tous les êtres vivants et c'est quelque chose de vraiment beau, les gens se sont unis sur tant de fronts", dit-t-elle. 

Pour les Libanais traumatisés qui ont perdu leurs logements, les animaux de compagnie représentent le "dernier lien avec leur maison", estime Kamal Khatib, bénévole avec Animals Lebanon: "C'est une sensation incroyable de voir leurs retrouvailles." 

AFP

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article