09.07
06:27

Covid-19: Bolsonaro empêche des aides médicales pour les indigènes

Le président brésilien Jair Bolsonaro a fortement édulcoré mercredi une loi qui aurait obligé le gouvernement à fournir aux indigènes l'accès à l'eau potable et aux soins médicaux lors de la pandémie de coronavirus. 

D'après le texte initial approuvé par le Congrès, les peuples traditionnels indigènes et quilombolas (communautés de descendants d'esclaves fugitifs) doivent être considérés comme des "groupes en situation d'extrême vulnérabilité". Mais le chef de l'Etat a exercé son droit de véto pour supprimer plusieurs articles de la loi, estimant qu'elle entraînait des dépenses supplémentaires "contraires à l'intérêt public".

Au total, 16 articles ont été supprimés, notamment ceux qui assurent aux indigènes l'accès à l'eau potable, à des lits de soins intensifs spécialement réservés pour eux, et la distribution gratuite de produits de première nécessité. L'Institut socio-environnemental, une ONG spécialisée dans les questions environnementales et sociales, a qualifié de "criminelle" la suppression d'articles importants de la loi censée venir en aide aux indigènes, accusant Bolsonaro d'avoir une "posture génocidaire".

Après la publication de la loi dans cette version édulcorée au Journal Officiel, la Cour suprême a exigé que le gouvernement présente un plan de protection des communautés indigènes.

D'après le Secrétariat de la Santé indigène, plus de 8.000 indigènes vivant dans des villages ont été contaminés par le Covid-19 et 184 en sont morts. 

L'Association des peuples indigènes du Brésil, qui prend aussi en compte les autochtones vivant en milieu urbain, dénombre 12.408 cas confirmés et 445 décès. Au total, le virus a atteint plus d'1,7 million de personnes et fait près de 68.000 décès dans ce pays de 212 millions d'habitants qui compte environ 900.000 indigènes de plus de 300 ethnies.

Lui-même atteint par le coronavirus, le président Bolsonaro avait également édulcoré récemment des lois approuvées par le Congrès sur le port du masque obligatoire.

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article