01.07.20
14:45

Loi sur la sécurité: Londres va étendre les droits à l'immigration pour Hong Kong

"Nous avons examiné très attentivement le contenu de cette loi sur la sécurité nationale depuis sa publication hier soir", a déclaré le chef de la diplomatie Dominic Raab, elle "constitue une violation manifeste de l'autonomie de Hong Kong et une menace directe pour les libertés de sa population"

Le gouvernement britannique a annoncé mercredi étendre les droits à l'immigration pour les habitants de Hong Kong, estimant que la nouvelle loi sur la sécurité nationale imposée par la Chine à l'ex-colonie britannique constituait une "violation manifeste" de son autonomie.

"Nous avons examiné très attentivement le contenu de cette loi sur la sécurité nationale depuis sa publication hier soir", a déclaré le chef de la diplomatie Dominic Raab devant la presse. 

Elle "constitue une violation manifeste de l'autonomie de Hong Kong et une menace directe pour les libertés de sa population", a-t-il ajouté. Elle viole ainsi de manière "manifeste et grave" la déclaration commune signée en 1984 par le Royaume-Uni et la Chine, qui avait ouvert la voie à la rétrocession en 1997. 

En conséquence, le Premier ministre conservateur Boris Johnson a annoncé devant les députés que le Royaume-Uni mettrait en oeuvre sa promesse d'étendre les droits à l'immigration pour les habitants du territoire. "C'est précisément ce que nous allons faire", a-t-il déclaré. 

Le gouvernement modifiera les conditions attachées au "passeport britannique d'outre-mer", le BN(O), afin de les rendre plus favorables, permettant à leurs détenteurs de venir vivre et travailler au Royaume-Uni, facilitant à terme l'accès à la citoyenneté britannique.

On dénombre environ 350.000 titulaires du BN(O), un chiffre qui a presque doublé depuis le début de la contestation à Hong Kong il y a un an. Mais 2,9 millions d'autres Hongkongais, en fait tous ceux nés avant 1997, sont éligibles à l'obtention de ce document.

Mardi, le gouvernement britannique s'était déjà dit "très préoccupé" par la loi controversée sur la sécurité promulguée par le président chinois Xi Jinping, lui demandant de "revenir sur cette décision".

Le Royaume-Uni avait rétrocédé en 1997 Hong Kong à la Chine, à condition que cette ancienne colonie conserve certaines libertés, ainsi que l'autonomie judiciaire et législative pendant 50 ans.

Le texte promulgué mardi, après une vague de manifestations pour les libertés à Hong Kong, prévoit de punir les activités séparatistes, "terroristes", la subversion, ou encore les ingérences étrangères dans le territoire autonome chinois.

Partager cet article

Partager cet article