22.06
11:25

Fourniret : fouilles pour retrouver le corps d'Estelle Mouzin

Plus de cinquante gendarmes et experts pluridisciplinaires sont mobilisés lundi pour participer aux fouilles organisées à partir de 14H30 dans une ancienne propriété du tueur en série Michel Fourniret pour tenter de retrouver le corps d'Estelle Mouzin.

Dix-sept ans après la disparition de la fillette de 9 ans à Guermantes (Seine-et-Marne, en France), "l'Ogre des Ardennes" a avoué début mars l'avoir tuée, sans révéler l'emplacement du corps. Exploitant la piste d'un ticket de caisse de 2003 retrouvé en perquisition chez Fourniret, la justice fouille lundi l'une de ses anciennes maisons à Ville-sur-Lumes, près de Charleville-Mézières.

La justice s'intéresse particulièrement à la cave, dont le sol autrefois constitué de terre aurait été recouvert de béton par "l'Ogre des Ardennes". Les militaires prévoient dans un premier temps de "radiographier" le sol avant d'envisager de creuser.

 

Sous la houlette de la juge d'instruction parisienne Sabine Kheris, "deux équipes de gendarmes et experts se rendent sur place", a expliqué à l'AFP un porte-parole de la gendarmerie. "La première est constituée d'une trentaine de gendarmes locaux", chargés de "sécuriser les investigations".

 

La deuxième équipe, "pluridisciplinaire"  dirigée par le chef de la section de recherches (SR) de Dijon, le colonel François Heulard, comprend des enquêteurs de la SR et des experts de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) de Pontoise. Les experts de la gendarmerie scientifique "utiliseront notamment un géoradar capable de détecter les irrégularités du sol, jusqu'à 1,5 m" et "une caméra hyperspectrale permettant d'étudier la végétation".

"L'équipe compte aussi des plongeurs de la gendarmerie, un archéologue de l'INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives), et des sapeurs du génie de l'Armée de terre, pouvant creuser plus loin et plus profondément" qu'avec les techniques classiques, a poursuivi ce porte-parole. "Nous engageons de lourds moyens pour être précis et méthodiques, afin de pouvoir documenter les investigations et fermer des portes", a-t-il précisé.

Au total, quelque 55 personnes sont impliquées dans ces opérations. 

 

Lundi matin, les gendarmes commençaient à sécuriser les abords de l'ancienne propriété de Fourniret, demandant aux journalistes présents de quitter la rue, a constaté une journaliste de l'AFP.  La maison à la façade blanche, située dans un quartier pavillonnaire de cette commune de 500 habitants, avait appartenu un temps à la soeur de Michel Fourniret, avant son décès en 2002. Le tueur en série l'avait ensuite visitée régulièrement, jusqu'à son arrestation en 2003. 

Vendue depuis, elle n'a encore jamais été fouillée.

 

AFP

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article