10.06
05:00

Les Belges jugent la crise dans notre grand sondage: la claque pour De Block, Wilmès convainc, Emmanuel André superstar

Omniprésents pendant la crise, politiques et experts ne sont pas logés à la même enseigne dans l’opinion publique. Les résultats de notre sondage exclusif LN24-Le Vif L'Express/Knack-Kantar* le montrent : même si le fédéral, hormis la ministre de la Santé Maggie De Block, limite la casse, les dirigeants politiques sont sanctionnés alors que les experts sont plébiscités.

Si l'on compare les différents niveaux de pouvoir, le fédéral s'en sort plutôt bien avec 33% d'opinions favorables, contre 22.4% pour le gouvernement wallon, 25.7% pour Bruxelles et à peine 19.4% pour l'Union européenne. L’échelon de pouvoir qui s’en sort le mieux est aussi le plus proche des citoyens: les communes, avec 42.4% de réponses positives. 

Les gouvernements wallon et bruxellois n’ont pas satisfait, à l’instar de la Fédération Wallonie Bruxelles qui a géré la délicate question des écoles, tout comme leurs ministres-présidents.

 

Personnalités politiques

de block

En première ligne durant la crise alors qu'elle était en poste de "Première ministre en affaires courantes" depuis à peine quatre mois, Sophie Wilmès est la personnalité politique dont les sondés sont le plus satisfaits : 39.1%. Un chiffre qui monte même à 48.5% du côté francophone. 

A l’inverse, Maggie De Block est la plus sanctionnée avec 61% de mécontents au niveau national, et même 80.3% de francophones. La ministre fédérale de la Santé est également en tête à la question "Quel ministre aurait dû démissionner": 67% des sondés qui estiment "qu'au moins un ministre aurait dû quitter le gouvernement" donnent son nom. 

 

 

Les experts scientifiques

andré

Ces résultats politiques sont très loin derrière le succès des experts scientifiques. Côté francophone, Emmanuel André fait figure de superstar. Avec un taux de satisfaction à 78%, celui dont la voix et le visage ont accompagné les Belges quotidiennement durant les conférences de presse quotidiennes du SPF Santé Publique, est l'expert qui a le plus convaincu. Ses confrères récoltent également des retours positifs.Une large majorité des sondés estiment même nécessaire que le politique continue à écouter les experts après la crise du coronavirus; et même qu'un gouvernement constitué d'experts serait une alternative crédible en cas de blocage politique.

 

Conséquences politiques

D’un point de vue politique, plus de 40% des sondés souhaitent de nouvelles élections. Et la donne pourrait aussi changer. 1 Belge sur 5 modifierait sa façon de voter. En Wallonie et à Bruxelles, ce serait même 1 citoyen sur 4, plus que côté flamand. Où la N-VA garde d'ailleurs une large confiance pour le futur, bien plus que côté francophone.

 

Mesures

masques

 

Les Belges sont globalement satisfaits des mesures prises pour gérer la crise. Pour un Belge sur deux, elles ont été bonnes. 13.3% les jugent sévères ou trop sévères. A l’inverse, 35.2% pensent que ne l’étaient pas assez. Les mesures économiques ne sont pas non plus jugées globalement négatives. Au contraire de la gestion des masques : 2 Belges sur 3 pensent toutefois que le gouvernement a attendu trop longtemps avant d’inciter à les porter.

* Sondage réalisé par l'institut Kantar entre le 18 et le 25 mai sur un échantillon représentatif de 1021 personnes. La marge d'erreur est de 3.1%.

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article