03.06
22:18

Ouverture des frontières: l'Italie demande la "réciprocité" à ses partenaires

Le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, a demandé mercredi "la réciprocité" à ses partenaires européens sur la réouverture des frontières, alors que l'Autriche et la Suisse gardent leur frontière italienne fermée en dépit d'un déconfinement qui se généralise en Europe.

"L'Italie a choisi aujourd'hui (mercredi) comme date d'ouverture, nous attendons une réciprocité de la part de tous les pays européens", a déclaré Luigi Di Maio lors d'une conférence de presse à Rome avec son homologue français Jean-Yves Le Drian.

"Nous avons été les premiers à être touchés par la pandémie, mais nous avons des chiffres (épidémiologiques) plus bas que d'autres pays", a ajouté M. Di Maio.

L'Italie a rouvert mercredi ses frontières aux touristes européens, faisant un nouveau pas vers la normalisation et la relance, à l'approche de l'été, du tourisme qui est un secteur clé de son économie.

Mais la Suisse et l'Autriche, inquiètes d'une possible reprise de l'épidémie depuis la Lombardie, un moment épicentre européen de la maladie, gardent leur frontière italienne fermée, suscitant le mécontentement de Rome.

"J'ai pris contact avec mon collègue autrichien et nous avons établi qu'il y aura une comparaison entre les ministères de la Santé des deux pays sur les données épidémiologiques", a indiqué M. Di Maio.

"L'Italie peut montrer que notre situation actuelle est meilleure que celle de certaines parties du Vieux Continent. Le ministre m'a également assuré que la décision (autrichienne) n'est pas définitive", a-t-il ajouté.

Jean-Yves Drian a pour sa part insisté sur la "nécessaire coordination des efforts de réouverture des frontières (de l'Europe), pas uniquement les frontières intérieures mais aussi sur le calendrier des frontières extérieures". 

"Il faudra, autour du 15 juin, savoir ce qu'on va faire pour nos frontières extérieures", a précisé le chef de la diplomatie française dont c'était le premier déplacement à l’étranger depuis la fin de la période de confinement.

"Je voulais manifester notre respect et notre solidarité pour le tribut que l'Italie paie à l'épidémie, pour les efforts qui ont été mis en oeuvre et les leçons que nous avons pu retirer de la résilience de l'Italie", a poursuivi M. Le Drian.

"Nous avons beaucoup appris de vous parce que vous aviez un agenda de la pandémie qui était dix jours avant le nôtre et vous avez montré la voie", a ajouté le ministre qui s'était précédemment rendu, avec M. Di Maio, au siège de la Protection civile italienne.

 

Source AFP

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article