18.05
13:02

Les auteurs se déconfinent

Lundi littéraire dans la chronique culture de Marion Jaumotte avec le premier roman d’une autrice belge.

Ce lundi, on parle de “Rodéo”, un roman inspiré d’un fait divers tragique et resté impuni. C’est l’histoire d’une jeunesse masculine oubliée dans une région rurale belge délaissée. "Rodéo” est un premier roman, qui a été publié pour la première fois chez Filipson en 2014. Aiko solovkine a d’ailleurs remporté le prix de la première oeuvre aux prix littéraires de la Fédération Wallonie-Bruxelles en 2016. 

Sa publication chez Espace Nord en 2020, c’est donc une deuxième édition. Une volonté de remettre sur le devant des étagères des bibliothèques, ce roman qui n’avait pas reçu la visibilité qu’il méritait.

Aiko Solovkine est une journaliste bruxelloise. Elle a choisit de publier ce roman sous un pseudonyme. Le prénom qu’elle a choisit, Aiko, signifie "enfant des cendres" en japonais. Solovkine, le nom de famille qu’elle a choisi, renvoie aux Iles Solovki, archipel russe connu pour être un laboratoire historique du goulag.

 

Les librairies sont déconfinées depuis une semaine, les auteurs aussi se déconfinent 

A cause du confinement, la publication des best-sellers de l'été avait été reportée, cela représente une centaine de livres. Il a donc fallu réorganiser tout le calendrier des sorties de livres en attendant de pouvoir les vendre physiquement mais, bonne nouvelle, ils arrivent en librairies! 

 

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article