12.05.20
09:01

"Il y a un manque de communication et une méconnaissance du terrain de Maggie De Block"

Eric Dubois, responsable soins de santé à la CGSLB, explique la situation du secteur et insiste sur la nécessité de l'améliorer en Belgique.

En ce mardi des Blouses Blanches, la CGSLB explique que les actions des blouses blanches ont permis de créer un fonds "blouses blanches". Il n'est pas dans l'actualité de prévoir à court terme des actions.

Le secteur des soins de santé demande plus de moyens afin d'améliorer l'attractivité des professions qui y sont liées. Eric Dubois rappelle que la Belgique n'a pas de carence de personnel médical mais que la proportion soignants-patients est assez faible par rapport à d'autres pays.

L'objectif des revendications est d'obtenir de meilleures conditions de travail et un salaire plus avantageux. 

"Le personnel est face à une surcharge de travail et un trop grand nombre d'heures.",

précise Eric Dubois.

La CGSLB rappelle que le secteur a besoin également de matériel, d'informaticiens et d'investissements structurels car le personnel est désabusé ces derniers temps.

 

Des investissements faibles et des politiques qui ne communiquent pas bien

 

Il y a une vingtaine d'années, 4.5% du PIB belge était destiné aux soins de santé, alors qu'aujourd'hui, ce chiffre est descendu à 1.5% du PIB. 

"Il faut rebâtir un système de santé solide",

indique M. Dubois avant de déplorer un déficit global de concertation sociale.

Selon lui, il y a eu des accords bénéfiques pour le secteur dans le passé mais actuellement, des problèmes de communication persistent. Il déplore également une méconnaissance du terrain de la part de la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block.

La CGSLB exhorte la ministre de la santé Maggie à sortir du bois, à clarifier ses intentions. Les travailleurs du secteur de la santé méritent plus et mieux que du respect ! Le parlement a ouvert la perspective d’investir plus de 400 millions d'euros supplémentaires avec le fonds des blouses blanches.

L'heure est à la concertation tripartite entre les partenaires sociaux et le gouvernement. La CGSLB demande un nouvel accord social pour le secteur des soins de santé.

 

LN24

Partager cet article