21.03
21:43

Covid-19 : l'Italie est le pays le plus touché du monde avec 4.825 morts

Les autorités de Lombardie ont demandé au chef du gouvernement Giuseppe Conte de prendre des mesures plus sévères et de nouvelles restrictions.

L'Italie a enregistré samedi un nouveau record de décès en 24 heures, avec 793 morts, ce qui porte à 4.825 le nombre des personnes tuées par le nouveau coronavirus dans la péninsule en un mois, selon les chiffres de la protection civile.

L'Italie, où la pandémie avait fait son premier mort il y a un mois, est le pays le plus touché du monde.  

La protection civile a annoncé 6.557 nouveaux cas de contamination, un autre record inquiétant, les services de santé étant submergés. 

La région de Milan, la Lombardie (nord), a enregistré la grande majorité des décès (546) et la moitié des nouveaux cas.

Les autorités lombardes ont demandé au chef du gouvernement Giuseppe Conte de prendre des "mesures plus coercitives", d'imposer de "nouvelles restrictions", plus sévères que l'interdiction de rassemblement et les strictes limitations des déplacements en vigueur depuis le 10 mars. 

"Le moment est arrivé de s'arrêter, mais de le faire vraiment", écrivent le maire de Bergame Giorgio Gori et le président de la province Gianfranco Gafforelli dans une lettre au Premier ministre.

"La situation dans toute la région Lombardie prend désormais des airs de tragédie et ceci est encore plus évident malheureusement dans notre province de Bergame, où l'on voit ces jours-ci mourir tant d'hommes et de femmes (...) sans même pouvoir leur faire un adieu digne", écrivent les édiles dans leur courrier.

"Compte tenu des chiffres que tout le monde connaît, il n'est pas pensable qu'aujourd'hui encore on doive se fonder sur le bon sens de citoyens appelés à respecter des règles sujettes aux plus diverses interprétations", estiment-ils encore. "Les mouvements sur le territoire sont encore trop nombreux et beaucoup constituent un vecteur pour ce virus", ajoutent-ils.

Paolo Grimoldi, qui est député de la Lombardie (Ligue, extrême droite), a aussi demandé que "le gouvernement intervienne immédiatement (...) pour tout arrêter en Lombardie".

Jeudi, le vice-président de la Croix-Rouge chinoise, Sun Shuopeng, allé apporter aux Italiens son expertise sur une pandémie partie de son pays, avait lui-même jugé que les mesures prises en Italie n'étaient "pas assez restrictives". "Vous devez arrêter toute l'activité économique. Tout le monde doit rester à la maison", avait-il lancé.

"La situation est grave. Dans les prochains jours, elle sera dramatique", a de son côté écrit à Giuseppe Conte l'ordre des médecins du Piémont, la région de Turin, où le bilan s'aggrave rapidement depuis plusieurs jours (238 morts).

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article