24.01
12:40

Villes chinoises en quarantaine: spectaculaire mais peut-être insuffisant

Près d'une dizaine de villes en quarantaine, des dizaines de millions de personnes bloquées: la Chine emploie les grands moyens pour tenter d'enrayer la nouvelle épidémie de coronavirus, mais ces mesures sans précédent pourraient s'avérer insuffisantes, selon des experts.

Jeudi, les autorités chinoises ont pris la décision inédite d'interdire tous les trains et avions au départ de la ville de Wuhan, épicentre du virus de la famille du Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) qui a déjà fait 26 morts et contaminé plus de 800 personnes.

Près de 40 millions de personnes concernées par les mesures

Autocars et bateaux sur le Yangtsé, le plus long fleuve de Chine qui arrose Wuhan (centre), ont reçu l'ordre de s'arrêter. Les autoroutes ont été bloquées et les transports publics suspendus dans l'agglomération de 11 millions d'habitants et neuf villes voisines. Au total, plus de 40 millions de personnes sont concernées.

Pour le directeur du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, Gao Fu, "si Wuhan est sous contrôle, on pourrait ne plus avoir de nouveaux cas dans d'autres parties de la Chine".

Mais ce dispositif exceptionnel a peut-être été mis en place trop tard, avertissent les experts.

Beaucoup d’habitants partis avant la mise en place des mesures

Wuhan est un carrefour géographique et une plaque tournante pour le commerce et le transport, une connectivité qui pourrait avoir facilité la propagation du virus, apparu en décembre et qui s'est propagé jusqu'aux Etats-Unis.

Par ailleurs, un grand nombre d'habitants ont déjà quitté l'agglomération à l'approche des vacances du Nouvel An chinois fin janvier, période où des millions de personnes partent en voyage ou rentrent chez elles.

"Je pense que nous avons dépassé la période du contrôle et de la prévention", estime l'expert en épidémiologie de l'Université de Hong Kong, Guan Yi, qui s'est rendu à Wuhan juste avant que la ville soit verrouillée.

Beaucoup de jeunes "sont déjà partis pour le Nouvel An chinois", relève-t-il. Or, ils peuvent être en période d'incubation vu que les premiers symptômes (fièvre, toux persistante...) mettent dans certains cas plusieurs jours à apparaître.

Argent et relations

Par ailleurs, même si les forces de sécurité ont été déployées en grand nombre, certains observateurs craignent des failles dans le verrouillage de la ville et de ses environs. 

"Les gens qui ont de l'argent et des relations vont vouloir fuir et ils réussiront sans doute" à partir, souligne Zi Yang, analyste à la S. Rajaratnam School of International Studies de Singapour.

La mise en place de telles mesures de confinement reste inédite.

Dans la pratique, seule "une poignée" de pays, notamment les Etats-Unis, sont capables d'imposer un tel dispositif aussi rapidement et sur une si grande échelle, souligne Adam Kamradt-Scott, professeur à l'université de Sydney et expert en sécurité sanitaire.

Le régime communiste chinois peut, lui, s'appuyer sur le contrôle étroit de la population et un appareil sécuritaire particulièrement efficace.


"Eviter tout risque d’agitation sociale"


Mais si ce verrouillage devait se prolonger, cela pourrait entraîner "des niveaux croissants de mécontentement et de frustration" parmi la population, avertit Adam Kamradt-Scott.

"Les autorités chinoises en seront conscientes (et) elles surveilleront de très près la situation pour éviter tout risque d'agitation sociale", ajoute-t-il.

Ce verrouillage ne devrait donc être mis en place que dans l'attente d'autres mesures, aux yeux des experts.

Pékin a d'ores et déjà engagé dès ce vendredi la construction d'un hôpital destiné à accueillir un millier de patients victimes du nouveau coronavirus. Les travaux doivent être achevés en un temps record et l'établissement de 25.000 m2 devrait ouvrir ses portes dans dix jours.

AFP

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article