20.12
06:49

Procès Rwanda: Fabien Neresté condamné à 25 ans de prison pour crime de génocide

Fabien Neretsé, un ancien haut fonctionnaire rwandais, a été reconnu coupable d'avoir participé au génocide des Tutsis au Rwanda, une première en Belgique.

Le jury de la cour d’assises de Bruxelles a reconnu Fabien Neretsé coupable du crime de génocide et de plusieurs crimes de guerre commis à Kigali et à Mataba en 1994, après deux journées de délibération et au terme de six semaines de débats. Fabien Neretsé, Hutu de 71 ans, qui clamait son innocence, est resté impassible à l'énoncé du verdict. La peine est attendue aujourd'hui mais les avocats des parties civiles ont déjà salué « un arrêt historique ». Il encourt la réclusion à perpétuité.

Cette condamnation pour génocide est une première en Belgique. La qualification de « crime de génocide » n'avait pas été retenue lors des quatre premiers procès de génocidaires rwandais organisés à Bruxelles, en 2001, 2005, 2007 et 2009.

Crimes de guerre

En plus du crime de génocide, Neretsé a été reconnu coupable de crimes de guerre contre des victimes identifiées. A savoir neuf meurtres commis à Kigali le 9 avril 1994, et deux autres quelques semaines plus tard dans des zones rurales.

Parmi les victimes de Kigali, trois étaient issues d'une même famille belgo-rwandaise: Claire Beckers, son mari Isaïe Bucyana (un tutsi), et leur fille de 20 ans, Katia. M. Neretsé était un de leurs voisins dans la capitale rwandaise et il a fait intervenir des militaires pour les empêcher de fuir et les exécuter, avec d'autres riverains tutsis. Une plainte déposée en Belgique dès 1994 par Martine Beckers, soeur de Claire Beckers, a déclenché l'enquête qui a finalement mené à la mise en cause de Fabien Neretsé.

A l'issue du prononcé du verdict, la présidente a déclaré que « l'accusé avait prêté une aide telle que sans son assistance, ces crimes n'auraient pas pu être commis. Il a donc commis les crimes de guerre pour notamment la Belge Claire Beckers, son mari Isaie Bucyana, et leur fille Katia Bucyana, et 4 autres personnes (Colette Sissi, Lily, Grâce, et Jean de Dieu). »

Arrêté en 2011 en France, où il avait refait sa vie professionnelle et bénéficiait du statut de réfugié, Fabien Neretsé n'a effectué que quelques mois de détention provisoire et il comparaissait libre à son procès.

 

 

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article