14.12
17:39

La COP25 pourrait se solder par un nouvel échec

Tous les Etats doivent soumettre d'ici la COP26 à Glasgow une version révisée de leurs engagements.

Après 24 heures supplémentaires de négociations, les pays signataires de l'Accord de Paris tentaient toujours samedi de s'entendre, afin d'éviter un échec à la COP25 et essayer de répondre aux appels des jeunes du monde entier pour des actions plus radicales en faveur du climat.

Samedi matin, au terme d'une nuit d'intenses discussions, les positions étaient très éloignées sur plusieurs sujets clés et de nombreux Etats ont fait part de leur frustration, pointant du doigt le manque d'ambition des derniers projets de texte mis sur la table par la présidence chilienne.

"J'ai besoin de rentrer à la maison, de regarder mes enfants dans les yeux et de dire que nous avons eu un résultat qui va garantir leur avenir", a déclaré la représentante des îles Marshall, Tina Stege.

"C'était la COP de l'ambition, nous ne voyons pas cette ambition", a renchéri Carlos Fuller, négociateur en chef pour le groupe des 44 Etats insulaires, particulièrement vulnérables à la montée du niveau de la mer.

Les ONG se montraient aussi très déçues par les résultats obtenus au bout de deux semaines de discussions.

"S'il y a une fois dans l'histoire où je devais dire 'les gouvernements ont merdé', je le dirais aujourd'hui à Madrid", s'est emporté Mohamed Adow, directeur de Power shift Africa.

S'achemine-t-on vers une suspension de la COP, comme cela s'était déjà produit en 2000, quand deux semaines d'intenses négociations avaient débouché sur un échec? "Nous ne prévoyons aucune suspension", a assuré Andres Landerretche, représentant de la présidence chilienne, promettant pour la fin d'après-midi de nouveaux textes de négociation.

Il a salué le "soutien ferme à être plus ambitieux" exprimé par plusieurs Etats.

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article