11.12
09:08

Le géant pétrolier saoudien Aramco va faire la plus grosse entrée en Bourse de l'histoire

Le géant pétrolier saoudien Aramco fait mercredi ses premiers pas sur la place financière de Ryad, dans ce qui va devenir la plus grosse introduction en Bourse de l'histoire.

Aramco a confirmé la semaine dernière être parvenu à lever 25,6 milliards de dollars depuis le début de la période de souscription à 1,5% de ses parts. Le montant d'une part s'élève à 32 riyals (7,5 euros - 8,53$). Le fleuron national saoudien dépasse le précédent record détenu par le groupe chinois du commerce en ligne Alibaba et ses 25 milliards de dollars levés en 2014 lors de son entrée à Wall Street.

Les fonds levés valorisent l'entreprise saoudienne à 1.700 milliards de dollars, loin devant Apple (1.200 milliards), Microsoft (1.140 milliards) et Alibaba (1.051 milliards). C’est cependant mois qu’espéré par le prince héritier Mohammed ben Salmane – MBS - qui visait le chiffre de 2000 milliards de dollars lorsqu’il a initié ce projet quatre ans plus tôt. Les investisseurs étrangers sont restés hésitants face aux ambitions de MBS et en raison de certains scandales qui ont terni l’image du royaume saoudien : l’assassinat fin 2018 du journaliste Jamal Kashoggi et l’arrestation près d’un an plus tôt de 200 dignitaires et hommes d’affaires saoudiens au nom de la lutte anti-corruption.   

L'opération s'inscrit dans le cadre d'un vaste plan de réforme destinée à diversifier l'économie saoudienne largement dépendante de l'exportation de brut. La compagnie pétrolière saoudienne produit un baril sur dix dans le monde, et s’attend à ce que cette demande augmente, malgré la pression grandissante posée par la crise climatique.

Deux aspects pourraient inquiéter le géant saoudien : d’une part les propres difficultés environnementales renforcés par le réchauffement de la planète qui complique le fonctionnement des sites de production (fortes chaleurs qui abîment les équipements, inondations, etc). D’autre part, les inquiétudes climatiques et les questions de durabilité touchent un nombre grandissant d’investisseurs de plus en plus soucieux d’écologie.

LN24 avec AFP

Partager cet article

Contenu sponsorisé