07.12
08:05

L'Inde à nouveau secouée par des affaires de viol

Une femme est décédée après avoir été brûlée vive alors qu'elle allait témoigner devant un tribunal pour un viol dont elle avait été la victime.

L'Inde est de nouveau secouée par plusieurs affaires de viol. L'une d'elle concerne notamment la police. Cette dernière est soupçonnée d'avoir abattue "de sang froid" quatre suspects. 

Les faits ont eu lieu ce vendredi à proximité d'Hyderabad dans le sud du pays. Il s'agissait d'une riposte car les suspects s'étaient emparés des armes des policiers lors de la reconstitution d'une scène de viol, selon les forces de l'ordre. Les individus étaient en détention depuis une semaine. Ils avaient avoué lors de leur interrogatoire le viol collectif et le meurtre, le 27 novembre, d'une vétérinaire de 27 ans avant de mettre le feu à son corps sous un pont, selon la police.

D'après le quotidien Indian Express de samedi, la reconstitution de la scène du viol était supervisée par un officier de police impliqué dans deux incidents similaires en 2008, au cours desquels trois personnes soupçonnées d'avoir commis des attaques à l'acide avaient été tuées dans une forêt.

Les circonstances suscitent une vive inquiétude d'organisations de défense des droits de l'être humain ou de la justice. Un avocat de la Cour suprême s'est indigné, parlant de "meurtre de sang froid" et Amnesty international a réclamé une enquête sur une "exécution arbitraire présumée". 

Une équipe de la Commission nationale des droits de l'Homme est attendue sur place samedi. Elle a estimé dans un communiqué que ces morts étaient susceptibles de "transmettre un mauvais message à la société".

"Si les personnes arrêtées étaient effectivement coupables, elles devaient être condamnées selon la loi et conformément aux instructions du tribunal compétent", ajoute la Commission.

Dans le même temps, l'annonce de leur mort a suscité des scènes de liesse, des centaines de personnes affluant sur les lieux de la scène pour couvrir les policiers de pétales de fleurs, des politiques et personnalités, notamment sportives, saluant aussi la police sur les réseaux sociaux.

Cette affaire survient au moment où le pays a appris la mort, vendredi, d'une femme brûlée vive alors qu'elle allait témoigner devant un tribunal de l'Uttar Pradesh dans le nord pour un viol dont elle avait été la victime.

Cette agression s'était produite jeudi et la femme a eu le temps d'indiquer que deux de ses cinq assaillants étaient ses violeurs. Cinq suspects ont été arrêtés et sont interrogés, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la police, Suvendra Kumar Bhagat.

Les violences sexuelles font régulièrement la une en Inde depuis le viol collectif d'une étudiante à bord d'un autobus à New Delhi en 2012, qui avait suscité une indignation internationale.

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article