05.12
06:40

Jeudi Noir : 1,5 million de manifestants en France selon la CGT, 806.000 selon l'Intérieur

La grève générale a rassemblé 250.000 manifestants à Paris et 450.000 en région selon l'AFP.

TGV, métros ou bus bloqués, écoles fermées et près de 250 cortèges organisés  : syndicats, partis d'opposition et "gilets jaunes" se lancent dans un grand mouvement de contestation contre la future réforme des retraites, promesse phare du quinquennat d'Emmanuel Macron.

Quelque 250.000 personnes ont manifesté à Paris, entre gare de l'Est et Nation, à l'appel d'organisations syndicales, dont la CGT, FO, FSU et Solidaires, a indiqué à l'AFP la CGT.

En région, plus de 450.000 manifestants ont participé aux mobilisations, selon un décompte provisoire effectué par l'AFP à partir de sources policières et préfectorales, et qui ne prend pas en compte celle de la capitale.

Parmi les mobilisations massives, les autorités ont compté 20.000 personnes à Montpellier, 19.000 à Nantes, 15.000 à Clermont-Ferrand, 10.500 à Tours, 10.000 à Rennes.

Les premiers incidents ont éclaté peu avant 16h00 dans la capitale française. Une remorque de chantier a été retournée et incendiée et plusieurs vitrines brisées non loin de la place de la République tandis que les forces de l'ordre essuyaient des jets de projectile et répliquaient par des tirs de lacrymogène.
La préfecture de police a mobilisé près de 6.000 policiers et gendarmes. A 13h00, la préfecture de police signalait 6.333 personnes contrôlées et 28 interpellations.

Face au mouvement, le président Emmanuel Macron est «calme et déterminé à mener cette réforme, dans l'écoute et la consultation», a indiqué l'Élysée, précisant que «le Premier ministre s'exprimerait vers le milieu de la semaine prochaine sur l'architecture générale de la réforme».

Message reçu dans les transports, avec 90% des TGV annulés, et 11 lignes du métro parisien fermées. Des grèves illimitées sont prévues à la SNCF où on s'attend déjà à un mouvement dans la durée. Par ailleurs, la moitié des Eurostar et un tiers des Thalys sont supprimés. 

Dans le ciel, les compagnies aériennes ont été priées de réduire de 20% leur programme de vols. Huit vols au départ et vers Zaventem sont d'ailleurs annulés chez nous. Il s'agirait de quatre vols Brussels Airlines en provenance ou vers la France, ainsi que de quatre vols Ryanair depuis ou vers l'Espagne. 

Policiers, éboueurs, avocats, retraités ou transporteurs routiers - qui planifient des opérations escargots - appellent aussi à se mobiliser. De même que des "gilets jaunes", le Parti socialiste, La France insoumise et le Rassemblement national, ainsi que 180 intellectuels, dont Ariane Ascaride, face "aux offensives d'un gouvernement néolibéral et autoritaire".

A Paris, on se prépare à la présence de "quelques centaines" de "black blocs" et "gilets jaunes radicaux", "quelques milliers" dans tout le pays, une situation quasi habituelle depuis la loi travail de 2016. La préfecture de police a mobilisé près de 6.000 policiers et gendarmes.

Les commerçants ont été priés de fermer leurs magasins près du cortège syndical parisien, qui s’élancera à 14 heures de la gare de l’Est pour rejoindre la place de la Nation.

Partager cet article

Contenu sponsorisé