04.12
09:43

Les sapins de Noël souffrent du réchauffement climatique

Aiguilles jaunies ou brûlées : Epiceas, Nobilis, ces variétés de sapins tendent à disparaître à cause du réchauffement climatique obligeant les producteurs à s’adapter.

Dans le parc naturel des Vosges du Nord, Jean-Louis Marcinkowski a perdu 20% des pousses plantées au printemps. Depuis quelques années, il expérimente le Lasiocarpa, venu des Etats-Unis, plus résistant à la chaleur.

 

La France compte environ 200 producteurs de sapins de Noël naturels sur quelque 5.000 hectares.

Si l'est de la France est particulièrement attaché aux traditions de Noël, les Vosges sont un petit poucet dans la production hexagonale de sapins. La Bretagne et les régions historiques Bourgogne et Rhône-Alpes se distinguent en la matière, soit pour leur météo et leur sol, soit pour leur proximité avec les grandes zones de consommation.

L'Europe, l'Allemagne et le Danemark sont particulièrement des gros producteurs. Souvent attaqués pour cette coupe à la chaîne d'arbres sains, les producteurs de sapins rétorquent qu'il s'agit d'une culture comme une autre qui, en plus, contribue à capter les émissions de CO2 et donc à lutter contre le réchauffement climatique.

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article