16.11
10:32

Les gilets jaunes tentent un retour aux sources pour leur anniversaire

La préfecture de police annule une manifestation "gilets jaunes" après des violences à la place d'Italie.

Les gilets jaunes tentent samedi un retour aux sources de cette lutte sociale inédite, avec de multiples appels à manifester partout en France et «plusieurs milliers» de personnes attendues à Paris. Une manifestation devait s'y tenir à 14h, mais la préfecture de police a décidé de l'annuler suite aux violences.

Une partie du périphérique parisien a été momentanément bloquée par les manifestants en milieu de matinée. Les forces de l'ordre ont, entre-temps, mis fin au blocage à la porte de Champerret. Simultanément, la situation s'est brusquement tendue place d'Italie, où des feux ont été allumés sur la place, du matériel de chantier saisi par des manifestants et du mobilier urbain abîmé, entraînant une intervention des forces de l'ordre à grand renfort de lacrymogènes.

Plusieurs centaines de personnes, vêtues ou pas du vêtement fluo, occupaient à midi la place d'Italie, dans le sud de Paris. C'est là-bas que devait démarrer le cortège finalement interdit. Le centre commercial d'Italie 2, situé au même endroit, a fermé ses portes dès les premiers signes de violence. Vers 13h, ses portes d'entrée et les vitrines d'une résidence hôtelière voisine ont été attaquées à coup de pavés par plusieurs dizaines de personnes cagoulées et vêtues de noir, a constaté l'AFP.

Deux voitures ont été retournées sur la chaussée, des pavés lancés en direction des forces de l'ordre qui ont immédiatement riposté par des tirs très nourris de gaz lacrymogène.Régulièrement, ces petits groupes reviennent à la charge et sont provisoirement repoussés ou dispersés par les force de l'ordre qui utilisent aussi un canon à eau. 

Les pompiers sont intervenus à plusieurs reprises pour éteindre des feux de palettes ou de poubelles et d'un engin de chantier sur le rond-point central. Sur une baraque de chantier a été tagué: "Macron notre premier anniversaire, ton dernier". Depuis, les hommes du feu ont eu énormément de mal vaincre les différents départs de flammes. Certains manifestants les ont empêchés de passer. La préfecture a indiqué sur son fil Twitter : "Attitude scandaleuse des manifestants qui ont jeté des pavés sur les pompiers de Paris et retardé leur intervention place d'Italie".

La préfecture de police de Paris avait annoncé, dans un bilan à la mi-journée, 41 interpellations, 1.500 contrôles préventifs et 37 personnes verbalisées sur le périmètre interdit. Elle a aussi indiqué que les vérifications de personnes ont permis de saisir des "armes par destination". Les forces de l'ordre ont notamment publié des photos où l'on aperçoit des masques.

La présence de gilets jaunes est interdite jusqu'au dimanche 17 novembre dans plusieurs zones de Paris selon la préfecture de police. Cette liste comprend le secteur des Champs-Elysées, celui l'Assemblée nationale, mais également celui du Sénat. Le périmètre autour de l'Hôtel Matignon est aussi interdit tout comme la zone comprenant le Trocadéro et la Tour Eiffel ou encore celui de la gare Saint-Lazare. La disposition concerne encore la cathédrale Notre-Dame de Paris, Les bois de Boulogne et de Vincennes et les grands magasins.

Pour rappel, les dernières manifestations hebdomadaires n'ont jamais rassemblé plus que quelques milliers de personnes, très loin des 282.000 manifestants recensés le 17 novembre 2018 lors du samedi inaugural. Un an après, les multiples revendications de cette vaste contestation, née de l'opposition à une taxe sur les carburants, demeurent: baisse de la TVA sur les produits de première nécessité, retour de l'ISF, référendum d'initiative citoyenne...

 

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article