23.10
07:00

le président chilien propose des mesures sociales pour mettre fin aux protestations

Sebastian Piñera a annoncé mardi plusieurs mesures sociales afin de mettre fin aux protestations qui secouent le Chili depuis cinq jours à la suite d'une augmentation du prix des transports publics. L'Institut national des Droits de l'Homme chilien affirme avoir constaté des abus durant la vague de contestation.

Le chef de l'Etat a notamment mentionné l'augmentation de 20% du minimum retraite et le gel des tarifs de l'électricité, dans un discours qui marque un tournant radical par rapport à ses dernières déclarations, très fermes vis-à-vis des manifestants, alors que la crise a déjà fait 15 morts. M. Piñera a également reconnu "un manque de vision" et demandé "pardon" à ses compatriotes.

L'Institut national des Droits de l'Homme chilien a constaté des cas de tortures et abus policiers durant la vague de contestation qui a dégénéré en émeutes et en pillages.

Dans un communiqué, l'institut dresse un compte rendu de "dépouillements, tortures, coups de feu sur les civils, mauvais traitements physiques et verbaux, passages à tabac et retards de la police dans le transfert des personnes détenues au poste de police, leur maintien dans les camionnettes, la mauvaise ventilation et la surpopulation pendant des heures.

L'organe émet des inquiétudes aussi sur le manque de transparence dans le décompte des personnes tuées, blessées et détenues, rapporte l'agence EFE.

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article