15.10
05:40

Trump durcit le ton contre la Turquie et annonce des sanctions

Les Etats-Unis ont imposé des sanctions ciblées aux ministres turcs de l'Energie, de la Défense et de l'Intérieur. Les ministères de la Défense et de l'Energie sont également visés, en tant qu'institutions.

Donald Trump veut convaincre Ankara de "mettre fin immédiatement à son offensive" contre les Kurdes en Syrie. C'est ce qu'a annoncé le gouvernement américain.

Pour y parvenir, les Etats-Unis ont décidé d'imposer des sanctions ciblées à trois ministres turcs dans le cadre d'un décret présidentiel. Il s'agit de ceux de l'Energie, de la Défense et de l'Intérieur. Leurs éventuels avoirs aux Etats-Unis sont gelés et leurs transactions internationales en dollars sont bloquées.

Les ministères de la Défense et de l'Energie sont également visés, en tant qu'institutions. Le texte prévoit aussi de bloquer l'entrée sur le territoire américain des personnes sanctionnées.

Le décret permet de viser un très grand nombre de responsables turcs impliqués dans des actes mettant en danger les civils ou déstabilisant le nord-est de la Syrie, mais à ce stade, l'administration Trump a décidé de ne les appliquer qu'à ces trois ministres et à deux ministères.

"Si l'opération de la Turquie continue, elle va aggraver une crise humanitaire déjà grave et en pleine expansion, avec des conséquences potentiellement désastreuses", a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo dans un communiqué. "Pour éviter de nouvelles sanctions imposées dans le cadre de ce nouveau décret présidentiel, la Turquie doit mettre fin immédiatement à son offensive unilatérale dans le nord-est de la Syrie et reprendre le dialogue avec les Etats-Unis sur la sécurité dans la région", a-t-il prévenu.

Le Congrès américain menace de son côté d'adopter rapidement des sanctions économiques beaucoup plus vastes contre la Turquie.

Pour rappel, un échange téléphonique a aussi eu lieu, hier, lundi entre le président américain et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan. Lors de cet échange Donald Trump a été "très ferme" a assuré Mike Pence qui s'exprimait depuis la Maison Blanche. Selon le vice-président américain, le président turc s'est engagé à ce qu'il n'y ait "aucune attaque contre la ville de Kobané".

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article