24.09
06:39

Pas de rencontre prévue entre Trump et Rohani

Donald Trump n'exclut pas de rencontrer Hassan Rohani, mais n'a pas prévu d'entrevue pour le moment.

Donald Trump a affirmé lundi qu'il ne prévoyait aucune rencontre, pour le moment avec le président iranien, Hassan Rohani. Il a cependant entretenu le suspense su une éventuelle entrevue à New-York, malgré les attaques en Arabie Saoudite attribuées par les Occidentaux à l'Iran.

«Nous n'avons rien de prévu à ce stade», a déclaré le milliardaire républicain à l'occasion de la 74ème Assemblée Générale des Nations Unies. «Je n'exclus jamais rien», a-t-il toutefois ajouté peu après.

Emmanuel Macron, qui joue les médiateurs, a eu lundi matin une première réunion informelle avec son homologue américain, à l'abri des médias. Au soir, il s'est entretenu pendant plus d'une heure trente avec Hassan Rohani, ressortant de ce rendez-vous sans le moindre commentaire. 

L'Elysée s'est contentée d'expliquer, dans un bref communiqué, que le président français avait exposé au président iranien la lecture des attaques du 14 septembre en Arabie Saoudite. La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni jugent l'Iran responsable de ces mêmes attaques.

Macron a également indiqué à Rohani que «la voie de la désescalade est étroite mais plus que jamais nécessaire et que le moment était venu pour l'Iran de la prendre». Il a aussi jugé urgent de rétablir la sécurité dans la région. Sans mentionner l'accord sur le nucléaire iranien, de plus en plus fragilisé.

Emmanuel Macron devrait rencontrer de nouveau Donald Trump ce mardi. «Je ferai tout pour que les conditions de discussions se créent, à la fois pour qu'il n'y ait aucune escalade et pour que l'on construise une solution utile, durable pour la sécurité dans la région», a-t-il assuré lundi.

«Quelque chose peut se passer à New York», avait espéré Macron, dimanche, dans son avion vers les Etats-Unis, soulignant que Donald Trump pouvait changer très vite les choses s'il en prenait la décision.

Depuis le sommet du G7 à Biarritz, fin août, Trump rêve à haute voix d'un tête-à-tête avec son homologue iranien qui lui offrirait un beau coup diplomatique, à un an de la présidentielle.

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article