08.09
17:06

Hong Kong: les manifestants pro-démocratie demandent le soutien des États-Unis

Ce dimanche, une foule de militants pro-démocratie était rassemblée devant le consulat des États-Unis à Hong Kong afin d'appeler Washington à faire pression sur Pékin après trois mois de manifestations.

Aujourd'hui, c'est devant le consulat des États-Unis à Hong Kong qu'une foule de militants pro-démocratie a manifesté. Le but de leur mouvement ? Appeler Washington à faire pression sur Pékin après trois mois de manifestations.

Pancartes à la main, les contestataires ont défilé de nombreuses heures dans les rues. Des appels invitant le président Donald Trump à libérer "Hong Kong" ont été lancés. Dans la foule, de nombreux parapluies symboliques côtoyaient les drapeaux américains et c'est l'hymne américain que l'on pouvait entendre. 

Parmi les manifestants, Jenny Chan, 30 ans, explique à l'AFP: "Plus de mille manifestants ont été arrêtés. Nous n'avons pas d'autre moyen d'action que de manifester, je me sens désespérée (...).Je pense qu'à part les pays étrangers, personne ne peut vraiment nous aider". La colère des manifestants ne semble pas s'être apaisée quatre jours après l'annonce surprise, par la cheffe de l'exécutif hongkongais Carrie Lam, du retrait définitif du projet de loi sur les extraditions, qui avait mis le feu aux poudres en juin. Ils jugent cette décision trop tardive et surtout insuffisante par rapport à leurs revendications.

Par ailleurs, l'une des figures de proue du mouvement, Joshua Wong, a annoncé avoir été arrêté dimanche matin à son retour de Taïwan, pour avoir violé les conditions de sa libération sous caution. Ce visage du "Mouvement des parapluies" en 2014 s'était rendu sur place pour rencontrer des responsables politiques et prononcer des discours sur la lutte de Hong Kong pour la démocratie.

Cette nuit encore, des heurts entre la police et les manifestants se sont déroulés, bloquant les rues, s'en prenant aux stations de métro et mettant le feu à des barricades. Toutes ces actions quasi quotidiennes visent à dénoncer les violences policières, les ingérences grandissantes de Pékin et le recul des libertés. 

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article