07.09
18:29

Le pape François pointe la pauvreté "inhumaine" et l'environnement à Madagascar

Le pape François a poussé samedi un cri d'alarme face à "la déforestation excessive" de Madagascar, en suggérant aux autorités de créer des emplois respectueux de l'environnement et de lutter contre la corruption.

Après moins de 48 heures au Mozambique, le pape a entamé samedi la deuxième étape, Madagascar, de sa longue tournée dans l'Océan indien. Cette destination est classée dans le club des pays les plus pauvres de la planète.

Invité au palais d'Etat, le pape François a prononcé son discours devant les autorités politiques, civiles et religieuses malgaches. Un discours très attendu, reflétant les réalités de la Grande île, et adressé aux gouvernants du pays mais aussi aux organisations internationales. 

Lutte contre la pauvreté « inhumaine », lutte contre la corruption endémique,...Le souverain pontife a rappelé aux responsables politiques que leur mission première était de favoriser les conditions d’un développement digne et juste sur l’Île. Il a également mentionner l'importance de mettre les êtres humains, notamment les plus fragiles, au cœur de ce développement.

Une autre thématique abordée était celle de "la déforestation excessive" de Madagascar. Il a poussé un véritable cri d'alarme face à cette problématique. Très sensible à la préservation de la planète, il a souligné la nécessité de prendre soin de ce qu’il appelle « notre Maison commune ». Il n'a pas manqué de pointer les feux de forêts, le braconnage ou encore la coupe effrénée de bois précieux qui sont de véritables menaces pour le pays.

À Madagascar, cinquième plus grande île du monde (587.000 km2), abritant 25 millions d'habitants, neuf personnes sur dix vivent avec moins de deux dollars par jour. Les activités du bois "assurent parfois leur survie", a reconnu le pape argentin.

Partager cet article

Contenu sponsorisé