05.09
13:51

Les industries d'armes affectées par l'absence de gouvernement wallon

L'avenir du secteur de l'armement en Wallonie est incertain.

Toujours pas de gouvernement wallon en vue. L’un des points de blocage sur la table concerne le dossier de l’armement. En Wallonie, les industries d’armes emploient environ 12.000 travailleurs. Selon nos informations, 10 licences en lien avec l’Arabie Saoudite attendent toujours d’être renouvelées. Bémol : le gouvernement étant en affaires courantes, il ne peut légalement les signer.

La future majorité est divisée sur la question. Avec comme cible principale des critiques : Ecolo. Le parti semble assez isolé. Ce mardi, les syndicats de la FN Herstal ont rencontré leurs négociateurs afin d’avoir de leur part une réponse claire par rapport à cette problématique. Ils espèrent que le futur accord garantira l’emploi sur place. Très clairement, la FGTB ne désire pas que la Wallonie joue au chevalier blanc.

Le syndicat socialiste critique la politique à court terme mise en place, avec des licences de courte durée alors que les contrats d’armement sont établis sur un temps plus long. Si les licences ne sont pas prochainement renouvelées, la FN Herstal pourrait devoir rembourser plusieurs centaines de millions d’euros à son client principal : l’Arabie Saoudite. 

D'un autre côté, Amnesty International plaide en faveur du respect de la législation. Pour l’ONG, la FN Herstal dépend trop d’un acteur unique qui ne respecte ni le droit international ni le droit wallon. Sans être partisane d’un embargo, elle réclame une vraie transparence sur le sujet.

Partager cet article

Contenu sponsorisé