29.08
16:06

De plus en plus de Belges pensent à leur héritage

Le 1er septembre, cela fera un an que le droit des successions a été modernisé. Des changements qui séduisent les Belges puisque le nombre de testaments a augmenté de plus 15,6%. Une modernisation qui permet plus de flexibilité dans l'attribution des donations.

Depuis la réforme, plus de 60 000 testaments ont été enregistrés sur l'ensemble du territoire belge. Une augmentation de 15,6% par rapport à l'année dernière qui s'explique par davantage de liberté pour choisir à qui léguer son patrimoine. D'après une enquête de Fednot réalisée auprès des notaires belges, plus de 80% des interrogés disent que les clients utilisent "régulièrement" cette liberté. 

Avant la réforme, les parents qui avaient deux enfants ou plus étaient obligés de réserver une partie importante de leur héritage pour leurs enfants. Aujourd'hui, les parents font ce qu'ils veulent avec la moitié de leur héritage. 

"Aujourd'hui, les gens sont plus axés sur la liberté et la souplesse des dispositions" - Maître Sylvain Bavier, notaire à La Louvière

Une des grandes nouveautés est la possibilité de conclure des pactes successoraux. Concrètement, les pactes peuvent être sous deux formes: globaux ou ponctuels. Dans le premier cas, un accord est conclu entre les parents et tous les enfants sur ce qui a déjà été donné et si cette répartition est "équilibrée". Ce pacte permet de "consolider" les donations en excluant qu'elles puissent être remises en cause. Dans le deuxième cas, toute la famille ne doit pas être présente pour la signature du pacte. Un parent peut s'accorder avec un de ses enfants sur la façon de déterminer la valeur d'un don. 

Partager cet article

Contenu sponsorisé